Menu

7ème édition "Festival Méditerranéen de la Guitare" : Soirée In (26 mars 2010)

User Rating: 5 / 5

Star ActiveStar ActiveStar ActiveStar ActiveStar Active
 

   La soirée de clôture de cette 7ème édition du Festival Méditerranéen de la Guitare est enfin là pour finir les choses en toute beauté. Au programme, deux groupes français avec des styles radicalement différents. Ataraxie, les pionniers du Death/Doom Metal actuel en France, et Black Rain, qu'on a déjà découvert l'année dernière dans le cadre de la 6ème édition du festival.

 

   Autant le dire tout de suite, cette chronique risque d'être un peu biaisée de ma part ; ça fait des années que j'attends la venue d'Ataraxie en Tunisie, et le résultat dépassait de loin toutes mes attentes. Le son était presque parfait, il y avait quelques petits moments où l'une des guitares n'était pas très audible, mais sinon à part ça, c'était impeccable. On aurait cru écouter les versions studio des titres joués tellement ils étaient bien exécutés. Le chant en particulier en a conquis plus d'un. C'est difficile à croire qu'un tel chant peut être reproduit sur scène avec autant d'efficacité, et c'est encore plus étonnant de voir Marquis, le bassiste/chanteur, pas du tout épuisé à la fin de la prestation.

Le groupe a commencé avec leur titre phare, L'Ataraxie, qui a déjà surpris le peu de public présent (environ 70 personnes). Il faut l'admettre, le Doom Metal en général n'est pas vraiment connu dans le pays, tout comme un peu partout d'ailleurs. Le public n'est pas très habitué à voir des groupes jouer dans un tempo aussi bas, mais les musiciens leur ont montré que même en jouant lent, c'est très possible de bouger sur scène et d'assurer un bon show.

Tant que je parle du public, je tiens à mentionner cette bande de petits adolescents attardés qui ont fait quelques sons très irrespectueux envers toutes les personnes présentes dans la salle. Il parait qu'il y a des animaux qui n'ont rien à faire de leur temps et de leur argent pour venir ennuyer les autres. Je ne comprends pas comment est-ce qu'ils ont pu échapper à leurs cages, mais bon, en même temps il y avait une bonne poignée du public qui était juste devant la scène et qui a très bien apprécié le show.
Et par la même occasion, tant que je parle d'irrespect, je ne comprends pas non plus ce qui pousse Harrag, le manager/tourneur des Black Candy Store, French Kiss et Black Rain de se déplacer sur scène juste derrière le batteur alors qu'il y a des rideaux juste derrière pour permettre aux techniciens etc. d'aller d'un bout à un autre de la scène sans que personne ne puisse les voir. Il avait déjà fait ça pendant la prestation d'un autre groupe, plus tôt dans le festival...

Côté musique, le groupe continue à alterner entre des titres extraits du premier album, Slow Transcending Agony (Slow Transcending Agony et Another Day of Despendency), et du deuxième, Anhédonie (Anhédonie et Walking Throught the Land of Falsity). Ils ont même joué une reprise à laquelle personne ne s'attendait ; il s'agit de Dark World des fameux Saint Vitus. Le résultat était surprenant, du Traditional Doom repris à la sauce Ataraxie, avec un chant qui vire de la voix claire au chant criard ; c'était une belle surprise.

L'organisation a demandé au groupe d'arrêter sa prestation avant la fin de leur setlist, mais le public a insisté pour qu'ils continuent. Malgré une heure et quelques de jeu, plein de personnes ont trouvé la prestation assez courte en tout...

Ataraxie est le premier groupe de Doom Metal qui joue en Tunisie, et quel début ! Pour ma part, c'était de loin la meilleure prestation à laquelle j'ai eu le plaisir d'assister, et je n'étais pas le seul.

Une petite pause, puis c'est au tour de Black Rain de monter sur scène pour la deuxième fois en Tunisie. Le public qui n'était déjà pas du tout nombreux commençait petit à petit à sortir de la salle, mais ça n'a pas du tout empêché les membres du groupe de jouer correctement.

À vrai dire il n y a pas grand chose à ajouter par rapport à l'année dernière, pour ceux qui y ont assisté au moins. Le groupe s'est quand même amélioré, et même la présence sur scène a évolué vers le mieux par rapport à l'année dernière. On remarque toujours une forte inspiration des chez pas mal de vieux groupes de Hard Rock, Heavy et Glam Metal. Poison, Guns N' Roses et Mötley Crue ont laissé leur empreinte chez les Black Rain, et c'est probablement sur ce point-là qu'on peut critiquer la musique : elle manque assez d'originalité, d'autant que, comme c'est déjà mentionné, c'est la deuxième fois qu'on assiste à ce groupe ici. Mais tout ça n'a pas empêché le public de très bien apprécier le show.

Je ne me rappelle plus de la setlist de l'année dernière, mais il y a pas mal de titres que les Black Rain ont déjà joué et que le public a beaucoup aimé, comme par exemple True Girlz are 16 qui semble vraiment plaire aux fans du groupe.

Malgré une setlist assez riche, la prestation en tout n'a pas trop duré. Aux alentours de 21:45, fin du concert, et fin du festival en tout. Une clôture marquée par un manque flagrant de public, on se demande quelles sont les raisons...


Live Report par Belial

 

You have no rights to post comments

The most visited gambling websites in The UK